« Il n’y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l’on exerce à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice. »
Montesquieu

Auteur/autrice : Jean-Michel Arberet Page 2 sur 10

ما الذي يجري في جيبوتي

نلاحظ أن تغطية سائل الإعلام الفرنسية لأخبار ما يجري في جيبوتي ضعيفة وبالتالي المعلومات شحيحة.

وحسب ما أوردته صحيفة لوموند اليومية، نقلا عن وكالة فرانس برس، كانت حصيلة « العنف الطائفي في جيبوتي ثلاثة قتلى على الأقل » هذه المقالة المؤرخة، المنشورة في 3 أغسطس / آب 2021. قد يتساءل القارئ حين يلحظ مرفق في نفس المقال ملصق كبير لصورة الرئيس إسماعيل عمر جيلى لو كانت يوحي ذلك دعما لموقف الحكومة في تلك الأحداث، بالإضافة الى ورود التأكيد على مواقف كلا من ووزير الداخلية سعيد نوح حسن المدعي العام الجيبوتي، لميس محمد سعيد، والتي هي الأخرى من طلبت بتسليم محمد قدامي، اللاجئ السياسي في فرنسا منذ عام 2006.

 

بطبيعة الحال، فإن العمل كصحفي في جيبوتي يكاد يكون مستحيلاً.  احتلت جيبوتي المرتبة 176 في مؤشر حرية الصحافة العالمي لعام 2021، متقدمة على الصين وتركمانستان وكوريا الشمالية وإريتريا. وتشير مراسلون بلا حدود إلى جيبوتي أن « الترسانة القمعية المنتشرة ضد الصحفيين في جيبوتي تسبب رعبًا إعلاميًا حقيقيًا. ولا توجد وسائل إعلام خاصة أو مستقلة في الإقليم. »، وسائل الإعلام  » الوحيدة الموجودة تستخدم لأغراض دعائية من قبل حكومة إسماعيل عمر جيله « . يمكن للمرء أن يتساءل في ظل هذه الظروف عن الموضوعية الحقيقية لممثل وكالة فرانس برس.

من ناحية أخرى بالرغم من أن الاتصالات عبر الهاتف أو الإنترنت مع جيبوتي صعبة للغاية، إلى هناك العديد من المنشورات متاحة على الشبكات الاجتماعية والتي تظهرون وتدين التجاوزات القوات الحكومية جنبًا إلى جنب مع مثيري الشغب الزائفين الذين يوجهون العنف ضد المكون العفري.

 

وكان ينبغي الاتصال بمزيد من ممثلي المعارضة الجيبوتية للحصول على رؤية أخرى للأحداث الجارية. من المؤكد حصلت مجزرة تنظمها الدولة ونفذتها الشرطة، في 1 و 2 أغسطس، والحصيلة فادحة بحسب الرابطة الجيبوتية لحقوق الإنسان: 9 قتلى بالرصاص، ونحو 20 في عداد المفقودين و 120 جريحًا بينهم 15 في حالة خطيرة، بالإضافة إلى إحراق مائتين وخمسين منزلاً من قبل أفراد من رجال شرطة يرتدون ملابس مدنية في مناطق ورابلي، PK 12  Balbala .

 

وقد أسفرت تلك الاحداث عن عرق  بيوت كثيرة حيث أصبحت العديد من العائلات بلا مأوى تبيت في العراء وتحت الامطار وهي بحاجة الى مساعدات عاجلة، وبحسب المحامي محمد أبايزيد، « فشلت الشرطة في مهمتها في حماية  المواطنين  وانحازت لطرف ضد طرف  ما أسفر عن هذه المأساة ».

 

في هذا الصدد يجب أن نتذكر أنه في عام 1994 عندما  غضت الصحافة الفرنسية الطرف عن مأساة التطهير العرقي الذي نفذ   في  رواندا،  اعتبر الكثير  ذلك تواطأ  وتماهيا  مع الموقف  الرسمي للحكومة الفرنسية.  والسؤال هل  يتكرر نفس السنارو في ما يجري في جيبوتي من أحداث حيث  يعتدى  على مكون بعينه وتنتهك  أبسط حقوقه.

وهل سننتظر 20 عاما أخرى  لمعرفة ما يحدث في جيبوتي؟ الوضع خطير  ولا  يتحمل أي تأخير،   رجال الأمن يعتدون ويقتلون الرجال والنساء والأطفال  بدم بارد. نحن نطالب بفتح تحقيق اما جرى،  وتغطية  موضوعية للاحداث من قبل  وسائل الإعلام، وموقف فوري وجاد من  الحكومة الفرنسية.

4 أغسطس 2021.

 

جان ميشيل اربيرت

 

ترجمة من الفرنسيه لطارق صالح.

Second tour des élections départementales en Val-de-Marne

L’objectif de ce second tour est clair : conserver une majorité départementale résolument à gauche. La participation désastreuse du premier tour, 70,02 % pour le département oscillant entre 63,31 % à Maison-Alfort et 79,62 % à Vitry-sur-Seine 2, n’a permis aucune triangulaire.

Le maintien d’une majorité de gauche se jouera donc dans les cantons où des candidat·e·s de gauche seront opposé·e·s pour ce second tour à des candidat·e·s de droite. Dans ce cas de figure la seule option est le vote pour les candidat·e·s de gauche et quelques que soient les résultats du premier tour, vu les taux d’abstention, rien n’est joué.

Dans quelques cantons des candidat·e·s de gauche s’affrontent au second tour. En raison de l’absence de proportionnelle pour les élections départementales certaines tendances politiques sont sous-représentées au sein du conseil départemental. Dans ces cantons, l’on peut donc choisir de voter pour diversifier la représentation des formations de gauche au sein de la majorité départementale. Si dans certains cantons, Alfortville, Le Kremlin-Bicêtre, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine 2, des écarts significatifs existent entre les candidat·e·s et pourraient laisser présager un résultat clair pour le second tour.

Dans le canton de Vitry-sur-Seine 1 la situation est bien différente. Frédéric Bourdon et Naïga Stefel, candidat·e·s écologistes sont en seconde position avec quarante-quatre voix de moins que leurs adversaires du jour M. Jean-Claude Kennedy et Isabelle Lorand. Un vote en leur faveur pourrait être une occasion de mettre une authentique touche de vert dans la majorité départementale val-de-marnaise. Frédéric Bourdon est le chef de file d’une opposition de gauche au conseil municipal de Vitry-sur-Seine.

Je connais personnellement Frédéric Bourdon, j’ai travaillé à ses côtés au cabinet de la communauté d’agglomération de Val de Bièvre, puis nous nous sommes retrouvés à la mairie d’Arcueil où il est devenu directeur de cabinet alors que j’étais adjoint au maire. Je n’ai aucun doute sur son engagement et sur sa capacité, qu’il a souvent démontré, à travailler en étroite collaboration avec l’exécutif départemental.

Respect de la vie privée et totalitarisme

Le 17 février Madame Brune Poirson, Secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, était l’invitée de l’émission Le Grand Matin sur Sud Radio. Interrogée sur Benjamin Griveaux elle déclare :[1]

« Il [un auteur précité] montre que le respect de la vie privée en fait c’était exactement ça. C’était un combat, un combat qui a été mené par les Lumières un combat qui a été mené par les révolutionnaires français contre l’absolutisme royal. […]

Qu’est ce qui sépare la démocratie d’un régime totalitaire? C’est le respect de la vie privée. […]

Le respect de la vie privée, c’est un droit de l’Homme fondamental. A partir du moment où ce droit-là tombe alors nous changeons de régime et on tombe dans le totalitarisme. »

 

Madame Brune Poirson évoquant les droits de l’Homme, il me semble utile de rappeler le contenu de l’article 11 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi. » Madame Brune Poirson peut donc librement user de son droit garanti par la Constitution française, la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 faisant partie du texte constitutionnel en vigueur. Sa déclaration n’en est pas moins d’une totale absurdité.

Elle le dit elle-même, les Lumières, les révolutionnaires français se sont battus contre l’absolutisme royal, non contre des agissements individuels de telle ou telle personne.

Les définitions données du totalitarisme sont nombreuses, mais toutes visent un Etat totalitaire cherchant à imposer son mode de pensée, et non pas une violation de droit par telle ou telle personne privée. Or dans le cas évoqué ici, il s’agit d’une diffusion d’une vidéo par une ou plusieurs personnes privées qui en application de l’article 226-2-1 du Code pénal encourent une peine de deux ans d’emprisonnement et 60 000 euros d’amende. En l’occurrence, l’État a bien créé une infraction spécifique pour tenter d’assurer le respect de la vie privée. Selon les informations diffusées par la presse deux personnes sont déjà mises en examen avec une rapidité surprenante. A contrario il y aurait une dérive totalitaire si la diffusion de cette vidéo avait été réalisée impunément à l’initiative du gouvernement dont Madame Brune Poirson est membre. En conclusion, soit Madame Brune Poirson n’est pas allée au bout de sa déclaration et détient une information sur la responsabilité du gouvernement dans cette diffusion, soit ses propos n’ont aucun sens.

Par contre, je ne saurais que trop conseiller à Madame Brune Poirson de s’inquiéter des dérives sécuritaires en matière de maintien de l’ordre public.

 

 

[1] https://twitter.com/brunepoirson/status/1229366861344772098

Black Rock

En janvier, des cheminots grévistes s’étaient introduits, sans y être invités faut-il le préciser, dans les locaux parisiens de BlackRock. Le 10 février, ce sont cette fois des militants écologistes qui se sont introduits dans les locaux de Black Rock. BlackRock, faut-il le rappeler, est une société multinationale spécialisée dans la gestion d’actifs. Elle est le plus important gestionnaire d’actifs au monde, avec près de 7 000 milliards de dollars.

Selon Les Échos le siège parisien a été dévasté. Selon Libération les locaux ont été retapissés. Les manifestants entendaient ainsi dénoncer l’inaction des PDG et des États face à l’urgence climatique.

 

Au vu de la manière dont ce gouvernement réprime tous les mouvements qui osent contester le système en place, l’on peut penser que ces manifestants feront l’objet de poursuites pénales. Face à ces évènements et au traitement médiatico-juridique qui est en fait, le discours tenu par Jean Jaurès en juin 1906 face au ministre de l’intérieur Georges Clemenceau n’est-il pas d’une brulante actualité ?

« Ah ! Messieurs, quand on fait le bilan des grèves, quand on fait le bilan des conflits sociaux on oublie étrangement l’opposition de sens qui est dans les mêmes mots pour la classe patronale et pour la classe ouvrière. Ah ! les conditions de la lutte sont terriblement difficiles pour les ouvriers ! La violence, pour eux, c’est chose visible palpable, saisissable chez les ouvriers : un geste de menace, il est vu, il est retenu. Une démarche d’intimidation est saisie, constatée, traînée devant les juges. Le propre de l’action ouvrière, dans ce conflit, lorsqu’elle s’exagère, lorsqu’elle s’exaspère, c’est de procéder, en effet, par la brutalité visible et saisissable des actes. Ah ! Le patronat n’a pas besoin, lui, pour exercer une action violente, de gestes désordonnés et de paroles tumultueuses ! Quelques hommes se rassemblent, à huis clos, dans la sécurité, dans l’intimité d’un conseil d’administration, et à quelques-uns, sans violence, sans gestes désordonnés, sans éclat de voix, comme des diplomates causant autour du tapis vert, ils décident que le salaire raisonnable sera refusé aux ouvriers ; ils décident que les ouvriers qui continueront la lutte seront exclus, seront chassés, seront désignés par des marques imperceptibles, mais connues des autres patrons, à l’universelle vindicte patronale. Cela ne fait pas de bruit ; c’est le travail meurtrier de la machine qui, dans son engrenage, dans ses laminoirs, dans ses courroies, a pris l’homme palpitant et criant ; la machine ne grince même pas et c’est en silence qu’elle le broie. »

 

http://www.jaures.eu/ressources/de_jaures/violence-des-pauvres-violence-des-maitres-1912/

 

Faire sauter les bouchons ?

L’on voit régulièrement fleurir des déclarations proclamant qu’il faut faire sauter les bouchons pour fluidifier la circulation dans les grandes agglomérations et notamment en région parisienne dans la zone urbaine dense. Et il semble que les périodes électorales soient particulièrement propices pour ces annonces et promesses de la part de candidats de toutes couleurs politiques.

Certes, la suppression des embouteillages avec toutes les nuisances qu’ils peuvent générer est un objectif louable et ambitieux. Mais les moyens à mettre en œuvre pour y arriver représentent un vrai choix politique, il serait au mieux illusoire et au pire mensonger de prétendre aujourd’hui résorber les bouchons en cherchant des solutions pour fluidifier le trafic localement. En effet, d’une part la question de la fluidité du trafic ne peut être traitée uniquement au niveau d’une seule collectivité locale mais par une réflexion à l’échelle de la zone urbaine dense. D’autre part, toute tentative d’améliorer la circulation sur un secteur a pour effet immédiat de dévier de nouveaux véhicules vers ce secteur, et plus encore avec les applications de navigation. Enfin, la synchronisation des feux tricolores pour permettre une meilleure circulation peut sembler une solution pertinente mais qui repose sur un choix, synchronise-t-on la vitesse pour les voitures ou pour les vélos ?

Il est clair que la seule façon de faire sauter les bouchons est de limiter le nombre de voitures en ville. Pour cela, deux éléments sont fondamentaux. Des transports en communs performants doivent exister, la question de leur gratuité devant être posée, et même si de grands projets sont engagés, les budgets d’investissement ne sont pas encore suffisants. Les circulations douces doivent être encouragées et développées et cela ne sera possible que par la mise en place de réelles infrastructures dédiées aux déplacements cyclistes selon un schéma cohérent, le RER V, Réseau express régional vélo, avec neuf lignes cyclables reliant les grands pôles de la région, issu des travaux du Collectif Vélo Île-de-France.

Il est urgent de prendre les décisions nécessaires pour développer de nouveaux modes de mobilités et les maires issus des élections du mois de mars auront un rôle important à jouer.

Page 2 sur 10

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén