« Il n’y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l’on exerce à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice. »
Montesquieu

Catégorie : Sport et… Page 1 sur 2

UEFA étrangement silencieuse.

 » Il y a malheureusement des événements tragiques qui se déroulent presque quotidiennement partout dans le monde, et il serait tout simplement irréaliste de rendre hommage à toutes les victimes. Nous condamnons fermement toute sorte de violence, y compris les attaques d’Orlando, et nous exprimons notre profonde sympathie aux victimes de cette horrible tragédie et à leurs familles  » a déclaré l’UEFA : il n’y aura donc pas de minute de silence lors des trois matchs de ce jour.

Si l’on peut entendre l’argument concernant la multiplicité des événements tragiques, l’on ne peut que regretter cette déclaration qui, si elle cite la ville où a eu lieu la fusillade, ne prend même pas la peine de préciser qu’il s’agit là d’une attaque homophobe perpétrée dans une discothèque gay ; alors que la Marie de Paris arbore l’arc-en-ciel du drapeau LGBT et Anne Hidalgo a adressé « un soutien fort à tous les gays, lesbiennes bi et trans meurtris par une attaque qui vise à remettre en cause la première de leurs conquêtes : le droit de vivre en paix ».

Dans un sport régulièrement épinglé pour ses dérives homophobes, une telle mesure aurait eu un poids symbolique important. Faut-il rappeler à l’UEFA les nombreuses initiatives prises dans de très nombreux sports, y compris aux États-Unis, au lendemain des attentats perpétrés en France en janvier et novembre 2015. Certains morts seraient-ils pour les instances dirigeantes de l’UEFA moins dignes de respect que d’autres ?

Contribuer aux charges publiques…

Sur Balle de break, un blog du journal Le Monde, a été publiée une interview en deux parties d’Arnaud Di Pasquale,  responsable du haut niveau masculin à la FFT. La seconde partie s’intitule  » Partir vivre en Suisse n’est pas une insulte faite à la France. »Les arguments avancés sont fort intéressants. « Les gens qui critiquent ce choix ne sont pas dans la peau des joueurs. Ils ne savent pas ce que c’est de se retrouver à 19 ou 20 ans, d’entendre que la carrière d’un sportif c’est un sprint et qu’en allant vivre en Suisse ou en Floride, ils peuvent payer 500.000 euros ou 1.000.000 d’euros de moins qu’en France. Le gain est énorme. Leur carrière peut s’arrêter très rapidement, ils n’ont pas forcément fait d’études et n’ont pas de reconversion certaine. Il faut une ou deux secondes se mettre à leur place. Le fait de partir, ce n’est pas une insulte faite à la France. »

En comparant les économies potentielles des joueurs avec une durée de vie professionnelle standard, on constate que l’économie annuelle  représente entre 12.000 et 24.000 euros par an. Alors sans aucun doute de nombreuses personnes qui ne gagneront jamais une telle somme ont quelques difficultés à se mettre à la place de ces joueurs.

Quant à l’argument de l’absence d’études et de la difficulté à se reconvertir, n’est ce pas justement là le rôle que devrait remplir la fédération française de tennis, en formant non pas simplement des joueurs, mais des joueurs qui soient avant tout des citoyens

Enfin Arnaud Di Pasquale devrait se rappeler que les deux grands financeurs de la pratique sportive en France sont les familles et les collectivités locales qui construisent et entretiennent les équipements sportifs et participent au financement des associations.

Et il ne s’agit pas d’insulte mais simplement d’un minimum de décence venant d’un responsable d’une fédération française.

Peut-être Arnaud Di Pasquale devrait-il relire, ou lire tout simplement, la constitution de 1793 et son article 101 « Nul citoyen n’est dispensé de l’honorable obligation de contribuer aux charges publiques. »

FFF xénophobe !

Le 12 juillet 1998, des millions de personnes fêtent la première victoire en Coupe du monde derrière une équipe Black-Blanc-Beur. Depuis lors,,l’euphorie est retombée et les commentaires ont fusé en tout sens : de Georges Frêche, président de la région Languedoc-Roussillon, qui était encore membre du parti socialiste, qui avait déclaré que l’équipe de France lui faisait honte, « Bientôt elle comptera onze Blacks » à l’ineffable Finkielkraut pour qui une équipe « black, black, black » faisait « ricaner toute l’Europe ».

Soyez rassuré, la Fédération Française de Football, sous la présidence de Jean-Pierre Escalettes  a pris la décision lors de son assemblée fédérale du 29 mai 2010 d’imposer aux mineurs étrangers qui demandent une première licence de justifier de cinq années de présence en France. Un jeune qui arriverait en France à 12 ans aurait donc la possibilité de jouer au foot en club dès l’âge de 17 ans. Selon la Fédération, cette décision serait une transposition  d’une décision prise par l’UEFA présidée par Michel Platini. L’UEFA affiche ses « valeurs » sur son site, elles sont bien sur onze, communication oblige, et la sixième est « protection des jeunes et formation ». C’est officiellement pour protéger les jeunes footballeurs des trafics de joueurs que cette réglementation est mise en œuvre. L’on peut douter, vu les sommes en jeu, de son efficacité face à cette traite d’êtres humains, mais l’on est déjà certain qu’elle va rendre impossible la pratique sportive de leur choix à de nombreux enfants.

Cette situation est intolérable, dans un contexte de xénophobie exacerbée, une fédération sportive, aussi puissante qu’elle soit, ne peut s’arroger le droit de décider qui de nos enfants jouera ou ne jouera pas.

Dirigeants sportifs et élus locaux, il nous appartient de veiller à ce qu’aucun enfant ne soit rejeté en raison de sa nationalité.

Thierry Rolland devrait écouter sa femme

Thierry Rolland a été invité lors d’une émission de Canal+ à commenter les propos nauséeux tenus par Louis Nicollin à la suite du match Auxerre Montpellier. Il avait traité le capitaine d’Auxerre de « petite tarlouze ».

Mort de rire il commente « Ça m’a fait marrer. Ma femme m’a dit que je ne devrais pas rigoler à ce genre de choses. Mais j’aime beaucoup Nicollin, je vous le dis très franchement, c’est un de mes amis et sa sortie m’a fait marrer, ce n’est pas grave ».

Lire la suite

Panem et circenses

Selon Lyoncapitale.fr une proposition de loi pourrait être déposée en juin « pour autoriser la construction d’une douzaine de stades d’environ 50 000 places chacun dans la perspective de l’Euro 2016 que la France souhaite accueillir. » (1) Rien de surprenant, dans son discours de soutien à l’Euro 2016 du 5 mars dernier Bernard Laporte justifiait sa conviction « d’autant plus forte aujourd’hui avec la crise que nous traversons…que la construction de stades, c’est à court terme des investissements et de l’activité, et à moyen terme du développement et des emplois pour nos régions ».(2)

 

Que la construction de stades soit à court terme des investissements et de l’activité; cela semble une évidence, et cela est vrai de tous les équipements publics et aussi bien de la construction que de la rénovation. Mais cette évidence ne se retrouve pas dans les priorités du plan de relance du gouvernement dont fait partie Bernard Laporte, cette incohérence n’est qu’apparente, en effet, les financements des grands stades se feraient dans le cadre de Partenariats Public Privé parés de toutes les vertus au contraire de l’investissement public responsable des déficits publics… En clair, ces projets étant déclarés d’intérêt général, les structures privées peinant à financer, la proposition de loi permettrait, aux collectivités locales de participer à ce financement.

Pour ceux qui seraient surpris voire choqués de tels financements, il n’est pas inutile de s’interroger sur le financement des infrastructures d’accès à l’empire Mickey à Marne-la-Vallée.

 

Mais une autre question se pose ici en amont, pourquoi privilégier la construction de grands stades alors que le recensement national des équipements sportifs fait apparaitre à la fois une vétusté d’un nombre important d’équipements et une inégalité d’équipements sur l’ensemble du territoire.

Le choix à effectuer était clair d’un coté investir dans la rénovation et la construction d’équipements de proximité utilisés tous les jours pour développer l’éducation physique et sportive à l’école et permettre l’accès de toutes et tous aux pratiques sportives ou investir dans de grandes enceintes de prestige remplies de temps en temps pour développer le sport qui se regarde et non le sport qui se pratique, OL Groupe organisé autour de l’Olympique Lyonnais se définissant comme un acteur leader des médias et du divertissement sportif en France (3).

 

Bernard Laporte a choisi, ou du moins a exprimé le choix du gouvernement, l’Etat n’investira pas dans la pratique sportive pour toutes et tous mais dans le « divertissement sportif ».

Le choix n’est pas nouveau, tel sous l’Empire Romain,  du pain et des jeux  suffiront à faire taire les langues !

 

 

(1) http://www.lyoncapitale.fr/index.php?menu=01&article=7686

(2) http://www.sports.gouv.fr/accueil_5/secretaire-etat-charge-sports_731/discours_735/bernard-laporte-soutient-candidature-france-organisation-euro-2016-federation-francaise-football-paris_2499.html

(3) http://investisseur.olympiquelyonnais.com/content/blogcategory/3/2/lang,fr/

 

 

 

 

Page 1 sur 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén