« L’impossible nous ne l’atteindrons pas, mais il nous sert de lanterne. »
René Char

Catégorie : Contre toutes les discriminations Page 1 sur 2

Inacceptable !

J’ai découvert, avec étonnement, la chronique de Pierre-Louis Basse « surveiller et punir… » publiée dans l‘Humanité ce 24 avril.

Le titre l’annonce, Pierre-Louis Basse fait appel à Michel Foucault, Gilles Deleuze, puis à La Boétie pour sa servitude volontaire.  » La grande surveillance à tant de beaux jours devant elle » déclare-t-il. Mais que est l’objet de cette violente charge ? Vu les moyens employés l’on ne peut que penser à un danger majeur pour les libertés publiques, à côté duquel les écoutes de la NSA ne seraient que roupie de sansonnet.

En réalité, l’objet de l’ire de Pierre-Louis Basse est le mouvement Stop au harcèlement de rue à cause duquel il faudrait « rayer de la carte du Tendre toutes les plus belles dragues du cinéma mondial. » N’en déplaise à ce monsieur, pour moi, Tendre et harceleur seront à tout jamais incompatibles. Et a-t-il au moins lu, avant d’écrire cette diatribe, les déclarations de ce collectif dont une des membres expliquait dans une interview sur le site journal des femmes[1] « Nous tentons simplement de pointer du doigt la différence entre séduction et harcèlement «  Cette distinction me semblait pourtant aisément accessible à un lecteur de Michel Foucault,  et Gilles Deleuze. Enfin, je ne peux que déplorer de  trouver un tel texte dans un journal qui se veut progressiste. L’Humanité a encore bien du chemin à faire.

 

[1] http://www.journaldesfemmes.com/societe/combats-de-femmes/stephanie-stop-harcelement-de-rue-stop-harcelement-de-rue-interview.shtml

 

« Les islamistes pullulent à Gao »

L’Humanité a publié, le 15 février, un article sur la situation à Gao, dont le titre est «  Les islamistes pullulent à Gao. » Le choix du verbe pulluler est pour le moins surprenant. D’une part,  parce que la définition qu’en donne le dictionnaire de l’Académie française est sans équivoque : pulluler signifie « se multiplier en abondance et en peu de temps ; être en très grand nombre, grouiller (généralement en mauvaise part). » Et les exemples parlent d’eux même : « Le chiendent pullule. Les moustiques ont pullulé cette année. » D’autre part, parce qu’il renvoie à des slogans haineux qui visaient les juifs.

Le choix de ce vocabulaire participe à une déshumanisation, à la catégorisation en sous-espèce. Sous-espèce à la fois au sens biologique : « niveau intermédiaire immédiatement inférieur à l’espèce » et sous espèce au sens d’espèce inférieure. Et le fait que ces individus ne soient plus membres de l’espèce humaine justifie alors un traitement différent de celui accordé aux êtres humains, et Guantánamo se profile à l’horizon.

Le combat pour les droits humains ne souffre aucune exception quel que soit l’être humain concerné et quels que soient ses actes, il conserve son humanité de manière imprescriptible. Il est regrettable que l’Humanité, qui sous-titre  » le journal fondé par Jean Jaurès » s’autorise de tels dérapages.

FFF xénophobe !

Le 12 juillet 1998, des millions de personnes fêtent la première victoire en Coupe du monde derrière une équipe Black-Blanc-Beur. Depuis lors,,l’euphorie est retombée et les commentaires ont fusé en tout sens : de Georges Frêche, président de la région Languedoc-Roussillon, qui était encore membre du parti socialiste, qui avait déclaré que l’équipe de France lui faisait honte, « Bientôt elle comptera onze Blacks » à l’ineffable Finkielkraut pour qui une équipe « black, black, black » faisait « ricaner toute l’Europe ».

Soyez rassuré, la Fédération Française de Football, sous la présidence de Jean-Pierre Escalettes  a pris la décision lors de son assemblée fédérale du 29 mai 2010 d’imposer aux mineurs étrangers qui demandent une première licence de justifier de cinq années de présence en France. Un jeune qui arriverait en France à 12 ans aurait donc la possibilité de jouer au foot en club dès l’âge de 17 ans. Selon la Fédération, cette décision serait une transposition  d’une décision prise par l’UEFA présidée par Michel Platini. L’UEFA affiche ses « valeurs » sur son site, elles sont bien sur onze, communication oblige, et la sixième est « protection des jeunes et formation ». C’est officiellement pour protéger les jeunes footballeurs des trafics de joueurs que cette réglementation est mise en œuvre. L’on peut douter, vu les sommes en jeu, de son efficacité face à cette traite d’êtres humains, mais l’on est déjà certain qu’elle va rendre impossible la pratique sportive de leur choix à de nombreux enfants.

Cette situation est intolérable, dans un contexte de xénophobie exacerbée, une fédération sportive, aussi puissante qu’elle soit, ne peut s’arroger le droit de décider qui de nos enfants jouera ou ne jouera pas.

Dirigeants sportifs et élus locaux, il nous appartient de veiller à ce qu’aucun enfant ne soit rejeté en raison de sa nationalité.

Thierry Rolland devrait écouter sa femme

Thierry Rolland a été invité lors d’une émission de Canal+ à commenter les propos nauséeux tenus par Louis Nicollin à la suite du match Auxerre Montpellier. Il avait traité le capitaine d’Auxerre de « petite tarlouze ».

Mort de rire il commente « Ça m’a fait marrer. Ma femme m’a dit que je ne devrais pas rigoler à ce genre de choses. Mais j’aime beaucoup Nicollin, je vous le dis très franchement, c’est un de mes amis et sa sortie m’a fait marrer, ce n’est pas grave ».

Lire la suite

Georges Frêche et Pie XII

Aucun lien entre Georges Frêche et Pie XII  et pourtant les hasards du calendrier amènent parfois à des rapprochements surprenants.

 

Une dépêche de l’AFP du 18 octobre indique que  » La fédération héraultaise du Parti socialiste a officiellement demandé vendredi la réintégration dans le parti de Georges Frêche, le président de la région Languedoc-Roussillon, qui en avait été exclu en janvier 2007 après des dérapages verbaux ». Le congrès de Reims devra statuer sur cette demande. Ce congrès promettait déjà d’être animé, cette question là n’est sûrement pas pour apaiser les débats. En effet, les dérapages verbaux dont il est question sont des propos racistes tenus par Georges Frêche en réunion du conseil d’agglomération, mais dérapages qui semble-t-il étaient loin d’être les premiers.

 

Une semaine avant, dans son édition du 11 octobre, un article de Stéphanie Le Bas dans le Monde nous apprenait que Benoît XVI avait de nouveau plaidé, jeudi 9 octobre, pour la béatification du pape Pie XII. Pie XII a été pape du 2 mars 1939 au 9 octobre 1958, et s’est fait remarqué par un assourdissant silence pendant la déportation et le massacre de millions de personnes organisés par l’Allemagne nazie avec la complicité active de trop nombreux gouvernements européens. Benoit XVI justifie ce silence  » Souvent c’est dans le secret et le silence qu’il a agi parce que justement, à la lumière des situations concrètes de la complexité de ce moment historique, il avait eu l’intuition que c’est seulement de cette manière que l’on pouvait éviter le pire et sauver le plus grand nombre possible de juifs », a défendu le pape » mais comme le souligne Stéphanie le Bars  » L’analyse complète de cette époque par les historiens demeure soumise à l’ouverture de l’ensemble des archives du Vatican. », ouverture qui relève de la décision de Benoit XVI qui apporterait là des éléments tangibles concernant la position de Pie XII et de l’ensemble de l’Eglise catholique pendant la guerre et l’après guerre.

 

Ces deux éléments, outre la proximité dans le temps de ces deux informations, ont un point commun, une institution évacue un comportement, des propos qui dans les deux laissent apparaître une vision raciste de l’humanité. Certes, l’on pourra disserter longuement pour savoir si le comportement de l’un ou les propos de l’autre ont le même degré, la même dangerosité..  Mais la question n’est pas une question de degré, tous les comportements racistes sont condamnables, et il y a une continuité mortelle du dérapage verbal à la purification ethnique.

Les décisions à prendre par le PS et par l’Eglise catholique dans ces deux cas sont attendues et seront lues avec beaucoup d’attention par les militants antiracistes certes mais aussi par les tenants de la supériorité de la race blanche pour y trouver le cas échéant  un nouvel appui pour leurs thèses nauséabondes.

Page 1 sur 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén