« L’impossible nous ne l’atteindrons pas, mais il nous sert de lanterne. »
René Char

Étiquette : 2009

Thierry Rolland devrait écouter sa femme

Thierry Rolland a été invité lors d’une émission de Canal+ à commenter les propos nauséeux tenus par Louis Nicollin à la suite du match Auxerre Montpellier. Il avait traité le capitaine d’Auxerre de « petite tarlouze ».

Mort de rire il commente « Ça m’a fait marrer. Ma femme m’a dit que je ne devrais pas rigoler à ce genre de choses. Mais j’aime beaucoup Nicollin, je vous le dis très franchement, c’est un de mes amis et sa sortie m’a fait marrer, ce n’est pas grave ».

Lire la suite

Argenteuil-Est, le Front de Gauche joue à droite ?

« Réunis le 23 septembre, les formations constitutives du Front de Gauche ont tenu à réaffirmer leur volonté de poursuivre, élargir, et enraciner le Front de Gauche dans la durée, dans les luttes et dans les urnes. », ainsi débute la déclaration commune du Parti Communiste Français, du Parti de Gauche et de la Gauche Unitaire.

 

Hasard du calendrier, cette déclaration est publiée entre les deux tours de l’élection cantonale d’Argenteuil-Est. Lors des dernières élections cantonales, Marie-José Cayzac avait été élue avec 22 voix d’avance face au conseiller sortant UMP Philippe Métézeau dans le canton d’Argentueil-Est. Cette élection a été annulée par le Conseil d’Etat.

Cette élection devait décider de la majorité au conseil général, en effet après cette annulation la répartition des sièges était la suivante, groupe socialiste 18 sièges, groupe communiste 1 siège, groupe union pour le Val d’Oise 19 sièges.

Marie-José Cayzac, élue communiste, s’est présentée donc à cette élection, avec le soutien du Parti socialiste et des Verts. Elle a été battue, au second tour le candidat UMP obtenant 58% des voix.  Elle dénonçait au lendemain des élections les règlements de compte « entre d’anciens soutiens et sympathisants socialistes et leur parti, qui avaint apporté leur soutien au candidat UMP » ainsi que la « municipalisation » de la campagne par la droite.

 

Est-ce un effet du politiquement correct, la candidate n’évoque pas la présence au premier tour d’un candidat du Parti de Gauche, présence qui n’a surement pas contribué à clarifier les positions. D’autant plus que cette candidature n’était pas un acte isolé, le candidat local ayant reçu le soutien de Jean-Luc Mélenchon, pendant que Marie-José Cayzac recevait le soutien de Patrick Le Hyaric.

Il ne s’agit pas de faire le calcul du coût du refus de l’alliance comme le fit Jean-Luc Mélenchon au lendemain des élections européennes. Mais si l’on veut « enraciner le Front de Gauche dans la durée, dans les luttes et dans les urnes. », il serait bon de commencer par s’expliquer sur ce choix de partir dispersés lors de cette élection.

L’enjeu était-il de tenter de battre la droite ou de se contenter de savoir qui du Parti de Gauche et du Parti Communiste Français perdrait au second tour face à l’UMP ?

 

Encore un effort camarades si vous voulez parler de développement durable

Dans l’Humanité dimanche daté du 3 septembre, l’on peut lire un article d’un tour de la France rurale. Un agriculteur de Picardie est interviewé, et figure en intertitre la déclaration suivante  » Luc Iguenane veut croire à l’avenir du carburant vert au point d’avoir acheté un tracteur 100% biodiesel ».

La question que pose cet article n’est pas tant la position exprimée par cet agriculteur que l’absence de commentaire critique.et ce d’autant plus qu’il se semble pas évident que tous les lecteurs soient au courant des questions posées par le développement du biocarburant.

Pourquoi ne pas avoir dès lors repris les informations contenues notamment dans un article publié dans l’Humanité du 5 janvier 2009 « Quand le capitalisme affame la planète ».

Cet article rappelait qu’en cinq ans, le nombre d’êtres humains souffrant de la faim dans le monde a progressé de 75 millions. L’envolée des prix des céréales explique cette augmentation et une des raisons en est  la demande croissante en biocarburant qui a provoqué « la montée en flèche » des cours des produits nécessaires à leur fabrication (sucre, manioc, maïs, oléagineux…).

Le développement durable est-il donc uniquement un gadget ou est-ce une réelle  question de fonds qui mérite d’être traitée à chaque occurrence ?

La gauche la droite et les autres…

A deux semaines des élections européennes, les derniers sondages, articles, déclarations sans aucun doute aident à la clarification des enjeux.

 

Europe 1 commente le premier sondage en Ile de France par TNS Sofres / Logica « le bloc de gauche (de l’extrême gauche aux écologistes) devancera le bloc de droite (de l’UMP à l’extrême droite) en Ile-de-France avec 45% des intentions de vote contre 39%. ». Un rapide calcul permet de constater que 84% des intentions de vote ne se retrouvent dans aucun des deux blocs. Si certaines « petites listes » peuvent être difficiles à placer sur l’échiquier politique, pour Europe1 la question de la place du Modem ne se pose pas, le Modem n’est ni à gauche, ni à droite..

 

A priori rien de très nouveau, l’idée que le Modem serait « ailleurs » est mise en avant régulièrement, y compris dans la campagne électorale pour les élections européennes sans aller plus loin et regarder les votes des députés européens du Modem qui sont eux très clairs et sûrement pas « ailleurs » !:

Plus étonnant par contre la déclaration de Jean-Christophe Cambadélis dans Le Parisien du 19 mai « Si on additionne toutes les listes opposées à la politique gouvernementale, on atteint 70 % des intentions de vote. Avec moins de 30 % des voix, l’UMP est loin d’être flamboyante ! ». Quel sens peut avoir l’addition des voix de gauche avec des voix du Modem, même s’il reste « ailleurs », et avec celles du Front National dont l’on sait où il se situe sur l’échiquier politique ? N’est ce pas là une certaine vision des alliances possibles qui, en excluant le coté outrancier de la présence de l’extrême droite de cette addition, tendrait à définir un nouveau front anti-UMP ?

 

Et Jean-Michel Baylet, sénateur PRG du Tarn-et-Garonne, dans la même édition du Parisien, a précisé un peu plus cette évolution. Annonçant la création d’un groupe PRG à l’Assemblée nationale il précise « Nous avons un groupe au Sénat qui fonctionne très bien », mais dont il oublie de préciser que l’un des trois vice-présidents est Aymeri De Montesquiou, membre du Parti Radical dont le président est Jean-Louis Borloo et les autres sénateurs siègent dans le groupe UMP.

 

N’est-il pas temps de sortir de cette confusion et d’affirmer enfin des valeurs de gauche, à moins que pour certains l’abandon de ces valeurs ne soient le prix à payer pour gagner.

Panem et circenses

Selon Lyoncapitale.fr une proposition de loi pourrait être déposée en juin « pour autoriser la construction d’une douzaine de stades d’environ 50 000 places chacun dans la perspective de l’Euro 2016 que la France souhaite accueillir. » (1) Rien de surprenant, dans son discours de soutien à l’Euro 2016 du 5 mars dernier Bernard Laporte justifiait sa conviction « d’autant plus forte aujourd’hui avec la crise que nous traversons…que la construction de stades, c’est à court terme des investissements et de l’activité, et à moyen terme du développement et des emplois pour nos régions ».(2)

 

Que la construction de stades soit à court terme des investissements et de l’activité; cela semble une évidence, et cela est vrai de tous les équipements publics et aussi bien de la construction que de la rénovation. Mais cette évidence ne se retrouve pas dans les priorités du plan de relance du gouvernement dont fait partie Bernard Laporte, cette incohérence n’est qu’apparente, en effet, les financements des grands stades se feraient dans le cadre de Partenariats Public Privé parés de toutes les vertus au contraire de l’investissement public responsable des déficits publics… En clair, ces projets étant déclarés d’intérêt général, les structures privées peinant à financer, la proposition de loi permettrait, aux collectivités locales de participer à ce financement.

Pour ceux qui seraient surpris voire choqués de tels financements, il n’est pas inutile de s’interroger sur le financement des infrastructures d’accès à l’empire Mickey à Marne-la-Vallée.

 

Mais une autre question se pose ici en amont, pourquoi privilégier la construction de grands stades alors que le recensement national des équipements sportifs fait apparaitre à la fois une vétusté d’un nombre important d’équipements et une inégalité d’équipements sur l’ensemble du territoire.

Le choix à effectuer était clair d’un coté investir dans la rénovation et la construction d’équipements de proximité utilisés tous les jours pour développer l’éducation physique et sportive à l’école et permettre l’accès de toutes et tous aux pratiques sportives ou investir dans de grandes enceintes de prestige remplies de temps en temps pour développer le sport qui se regarde et non le sport qui se pratique, OL Groupe organisé autour de l’Olympique Lyonnais se définissant comme un acteur leader des médias et du divertissement sportif en France (3).

 

Bernard Laporte a choisi, ou du moins a exprimé le choix du gouvernement, l’Etat n’investira pas dans la pratique sportive pour toutes et tous mais dans le « divertissement sportif ».

Le choix n’est pas nouveau, tel sous l’Empire Romain,  du pain et des jeux  suffiront à faire taire les langues !

 

 

(1) http://www.lyoncapitale.fr/index.php?menu=01&article=7686

(2) http://www.sports.gouv.fr/accueil_5/secretaire-etat-charge-sports_731/discours_735/bernard-laporte-soutient-candidature-france-organisation-euro-2016-federation-francaise-football-paris_2499.html

(3) http://investisseur.olympiquelyonnais.com/content/blogcategory/3/2/lang,fr/

 

 

 

 

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén